Respiratoire et immunologie

Réaliser des percées scientifiques qui améliorent les résultats des traitements.

Forts de 50 ans d’expérience dans le domaine des soins liés aux maladies respiratoires, nous avons pour ambition de faire progresser le traitement de l’asthme et de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) en proposant des traitements plus précoces et axés sur la biologie, en éliminant les crises d’asthme évitables et en supprimant la BPCO de la liste des trois principales causes de décès.

Les maladies pulmonaires chroniques se caractérisent par une altération du système immunitaire. AstraZeneca suit les principes scientifiques des mécanismes communs et des facteurs pathologiques sous-jacents des maladies respiratoires dans des domaines pathologiques axés sur l’immunologie.

Les domaines pathologiques que nous ciblons comprennent la rhumatologie (y compris les maladies induites par l’interféron de type 1 comme le lupus), la dermatologie, les maladies gastro-intestinales et les maladies inflammatoires induites par un dysfonctionnement immunitaire lié aux éosinophiles. Notre ambition est de parvenir à une modification de la maladie et à une rémission durable quant à ces maladies pour des millions de patients à travers le monde.





Élimination de la dépendance excessive à l’égard des inhalateurs SABA dans le cadre du traitement de l’asthme

 

La campagne «Break Over-Reliance» (Élimination de la dépendance) vise à aider les patients asthmatiques et les professionnels de la santé à comprendre qu’une dépendance excessive à l’égard des inhalateurs «bleus» SABA peut augmenter le risque de crise d’asthme. SABA is short for “short-acting beta2-agonist”. SABA est l’abréviation de «short-acting beta2-agonist» (agoniste bêta2 à courte durée d’action). La campagne propose un outil numérique qui repose sur des données probantes, le Reliever Reliance Test (Test de fiabilité du soulagement), afin d’évaluer la dépendance d’un patient à son SABA. Ce questionnaire, qui consiste en cinq points, est le premier du genre. Il a été adapté à partir du questionnaire validé sur les risques liés aux SABA. Il est conçu de manière à aider les patients asthmatiques à tenir des conversations pertinentes avec leur médecin sur la meilleure façon de contrôler leur asthme.

 


Figures de pionnier pour l’avenir de la science et des soins relatifs à l’asthme

 

Bien que les progrès récents en matière de traitement aient aidé des millions de personnes dans le monde à mieux gérer leur asthme, nous savons que de nombreuses autres personnes restent mal desservies et continuent de lutter, les symptômes non contrôlés entraînant plus de 176 millions de crises d’asthme dans le monde chaque année. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons de toute urgence donner la priorité à l’innovation continue dans le domaine de la recherche consacrée à l’asthme.

Chez AstraZeneca, nous nous appuyons sur nos 50 ans d’expérience dans le domaine des soins liés aux maladies respiratoires pour réaliser des percées scientifiques qui révolutionneront notre compréhension de la physiopathologie de l’asthme et contribueront au développement de nouveaux traitements indispensables qui pourraient améliorer les soins et les résultats des patients.

Dans le cadre de nos recherches, nous avons la ferme ambition d’éliminer les crises évitables chez les personnes souffrant d’asthme, quelle qu’en soit la gravité, et d’obtenir une rémission clinique après traitement.

 


Diminution des exacerbations et de la mortalité liées à la bronchopneumopathie chronique obstructive

 

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie courante, mais négligée. Malgré les nombreux progrès réalisés dans la compréhension de la biologie de la BPCO, il reste d’importants besoins non satisfaits, notamment en matière de prévention et de traitement des exacerbations. Les exacerbations sont associées à une mauvaise qualité de vie et à une surmortalité prématurée. Par conséquent, une prévention efficace des exacerbations est essentielle pour les patients.

AstraZeneca souhaite faire évoluer le traitement de la BPCO en l’optimisant afin de mieux réduire le risque d’exacerbations chez le patient, de ralentir la progression de la maladie, de limiter les hospitalisations et de permettre aux personnes atteintes de BPCO de vivre plus longtemps et en meilleure santé.





CH-4301; 06/2021